Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/clients/08b2940cb220813cf95a4dd05d720110/web/config/ecran_securite.php on line 283

En marche, ceux qui pleurent !

Cultes du dimanche 22 novembre 2015

Lectures :

Chers frères et sœurs en Christ,

Que dire à un ami, un proche qui est en deuil parce qu’il ou elle vient de perdre d’une manière brutale et inattendue un être cher, un proche…
Que dire ? Souvent les mots nous manquent et parfois le silence et la présence semble la seule chose qui semble adéquaté à la situation….
Que dire même au nom de l’Evangile à quelqu’un qui vient de perdre un être aimé d’une manière brutale ou violente ?.....
Je me sens un peu dans cette situation ce matin….embarrassé pour parler.
Parce que nous sommes en deuil en tant que français, parisiens, citoyens…. parce qu’il y a une semaine on a tué dans les rues de Paris, dans une salle de concert, sur le parvis du Stade de France 130 de nos co-citoyens, pour la plupart des jeunes. Ces jeunes dont nous avons vu à la télé les beaux visages plein de vie, de soif de vivre, d’envie de vivre.
Nous pleurons encore ces jeunes et moins jeunes, avec leur familles, leur proches, leurs amis, leur collègues de travail et nous ne sommes pas encore remis, loin de cela, de l’onde de choc que ces événements ont déversé sur nous et notre société : le choc que nous sommes en guerre et que l’ennemi a frappé au milieu de nous dans les rues de Paris, des lieux de culture et de loisirs et que cela a pu être vous et moi ou un de nos enfants ou proches.

En pensant à tout cela, comme vous, avec vous, j’ai pensé à la parole très connue du prophète Isaïe que nous lisons souvent dans le temps de l’Avent ou la nuit de Noël et qui parle d’un peuple qui marche dans la nuit, dans les ténèbres….le même texte évoque plus loin « le joug de l’oppression », « des manteaux roulés de sang », etc., allusions ouvertes à des actes de violence…
Ce même texte, vous le savez comme moi, je pense dit également que ce peuple qui marche dans les ténèbres voit une lumière et la suite du texte parle d’un enfant qui va naître, Conseiller, Dieu fort, prince de paix…ce grand texte annonce la naissance du Christ.
Dans deux semaines nous entrons dans le temps de l’Avent. Nous allons lire ces textes et nous préparer à vivre Noël. Dans un mois.
Comment parler de la lumière quand le monde et l’avenir de ce monde s’est obscurci, assombri, pour nous, par les ténèbres de la violence aveugle, le fanatisme, la haine et tout cela même pour les meurtriers fous « au nom de Dieu » ? Blasphème… a dit le pape François et c’est qu’il faut dire en effet !
Pour le moment la lumière nous vient des bougies que les français allument sur le lieux du terreur, la lumière nous vient de tout ces gestes de solidarité et de fraternité humaine ; la lumière nous vient de l’amitié d’autres peuples et nation montrée envers Paris et le peuple français ; la lumière nous vient de la parole de Dieu en lisant des psaumes de lamentations comme nous l’avons fait jeudi soir dans cette église ; la lumière nous vient de tous ceux qui refusent dans leur cœur et leur parole de céder à la peur ; de ceux qui disent que ces évènements nous font réfléchir sur l’importance de l’amour, de la solidarité humaine, de l’accueil des autres différents contre tout discours sur la haine, contre toute tentative de vouloir nous diviser, de diviser les français les uns envers les autres.
J’ai hésité à faire lire et à garder les quelques paroles dans le même ch 5 de Mathieu de Jésus où il nous dit "aimez vos ennemis, priez pour eux"….
Mais il l’a dit …et l’a dit dans un pays occupé et tout juif en Palestine pensant à l’ennemi numéro 1 du peuple juif : les romains, presque haïs de tous, sauf de ceux qui profitaient de leur présence.
Parole difficile à recevoir…..hier comme aujourd’hui. Pourtant parole du Christ qui veut nous faire sortir de la spirale de la haine, de la vengeance, de la violence…
Un jeune devenu fou et meurtrier au point de se faire exploser pour tuer des innocents est aussi un jeune perdu, complètement perdu dans le vide et l’angoisse sociale, mentale et morale de certaines banlieues de nos grandes villes….

Un jour l’apôtre Pierre a dit cette parole selon l’Evangile "Seigneur vers qui aurions-nous, tu as pour nous des paroles de vie éternelle".
Jésus a pour nous des paroles d’une espérance qui ne trompe pas, d’une vérité qui ne trompe pas, d’une paix qui ne trompe pas, d’une joie qui ne trompe pas….C’est sa parole qui est pour nous une lampe sur notre route, surtout quand la nuit se fait sentir et nous ne voyons plus le chemin devant nous…

Tournons nous donc vers Jésus avec la foule, avec les disciples, le jour qu’il s’est assis sur une colline en Galilée pour dire les paroles du début de sa sermon sur la montagne que nous avons entendu tout à l’heure.
Je vous relis les premières paroles mais cette fois dans la traduction d’André Chouraqui qui traduit ce texte en voulant resté le plus près de l’araméen , la langue même de Jésus qu’il en grand connaisseur a reconstruit derrière le texte grec.

Vous l’avez entendu, heureux les pauvres en esprit Chouraqui traduit par : En marche ! Traduction étonnante, presque déroutante….
Mais elle nous donne une clé : le Royaume de Dieu n’est pas pour Jésus une réalité lointaine, un rêve d’un monde à venir. Ce texte si fort et poétique des béatitudes, ce nouveau monde de Dieu n’est pas pour la fin des temps…
Non ! ce monde se crée dès aujourd’hui au milieu de ce monde, à la suite de Jésus, avec Jésus.

C’est pourquoi il dit à ses disciples et la foule encore hésitante… "en marche !"
Tournez vos vies vers l’avenir de Dieu et commence avec moi à le créer, en chemin, en route, de jour en jour….
Pour se mettre en route dans la vie, avec joie et détermination, il faut savoir où tu vas, il faut connaître la direction…
Jésus dans ce texte si fondamental nous l’indique et la première chose ce qu’il fait est de nous dire ce que Dieu fait.
Regarde, dit-il, Dieu donne son Royaume, sa promesse, sa présence aux humbles et aux pauvres. Il est solidaire avec eux, Il est là pour eux. Regarde il promet la terre aux doux et aux non-violents là où les forts et violents prennent la terre aux autres. Regarde Il console ceux qui pleurent….il est solidaire avec eux, touchés au plus profond par leur chagrin et souffrance.
Notre Dieu est ainsi….nous dit Jésus dans ce texte et il ajoute ailleurs soyez des fils et des filles de votre Père, soyez compatissant comme lui, soyez à son image…
Dieu n’est pas du côté des orgueilleux, des violents, des forts qui écrasent les faibles. Il n’approuve par leurs actes. Il en a horreur. Comme son fils Jésus.
Cela est la clé pour la suite du texte qui place tous ceux qui ont soif et faim de justice, de paix, de miséricorde, de l’intégrité d’un cœur pur sous le signe de la promesse de Dieu, du monde à venir et à construire. Déjà….en marche nous dit jésus…vers ce monde là, toi aussi et toi et toi….tu vas connaître avec moi la Joie de Dieu, le vrai bonheur humain qui est tout le contraire de toute forme de haine, de égoïsme, de vol et d’injustice, de violence ouvert ou latente…
Quand jésus nous dit « en marche » c’est bien une invitation à marcher avec lui, à sa suite, c’est lui qui nous indique la direction vers le nouveau monde de Dieu, comme un berger qui mène le troupeau.
Dans les évangiles nous voyons ce que cela veut dire concrètement : Jésus est tout le temps en route, en marche, non pas vers un pays lointain, un avenir lointain – mais à la rencontre des hommes et femmes concrète qu’il croise sur sa route, qui font appel à lui, qui ont besoin de guérison, de pardon , de tendresse et de confiance, d’interpellation et de vérité.
C’est sur ce chemin là que Jésus nous invite avec lui pour marcher vers le Royaume de Dieu.
Jésus dit de ce royaume dès le début qu’il est proche et à un autre moment il est au milieu de vous ou encore « si je guéris par l’esprit de Dieu les malades le Royaume de Dieu est arrivé au milieu de vous. ». Je n’insiste pas.
Jésus commence à créer un monde nouveau entre les hommes et femmes de Palestine, en faisant un investissement à long terme. Parce qu’il sait que cette nouvelle réalité parmi les hommes passera par la croix, le don de sa vie, la résurrection… Pentecôte… mais Dieu bénira ce chemin, à travers la croix et la résurrection.
Jésus a pleinement conscience que la violence est présente dans le monde, dans le cœur des hommes : il en sera une victime lui-même. Il dira à son peuple que se révolter contre les romains par les armes, par la violence sera une impasse. Jérusalem sera détruite et c’est ce qui est arrivé en effet 40 après en 70. Mais l’église sera née, des hommes et femmes qui essaieront de vivre selon sa Parole et Son Esprit, plus au moins bien, c’est vrai à travers l’histoire….
Mais les paroles de Jésus sont venues à nos oreilles, se présentent à la porte de nos cœurs et aujourd’hui encore nous écoutons ses paroles, les paroles des béatitudes.
En marche ! les doux, ceux qui pleurent, ceux qui ont soif et faim de justice, les artisans de paix…
Autrement dit : « ne vous laissez pas vaincre par la paralysie, par la peur, par le désespoir !

Mettez vous en marche vers l’avenir de Dieu qui se construit dès aujourd’hui, à la suite de Jésus, selon sa parole, Son esprit.
Ne vous laissez pas gagner par un monde sans perspective ou sans espérance, où la belle espérance humaine est obscurcie par la violence aveugle de certains.
En marche vers un monde plus fraternel qui se construit avec Jésus, au sein de l’église et avec tous les hommes et femmes de bonne volonté….
Refusons un monde où les hommes se lèvent contre les autres ; où une religion se dresse contre une autre ; où des français sont montés contre les autres français…
Ce chemin avec Jésus, à sa suite n’est pas facile, ni un chemin naïf, ni sans défaites… Sa propre vie et mort en témoignent…
Mais Dieu l’a ressuscité et dit au monde : ceci est le chemin, la vérité et la vie, le chemin de Jésus.
En marche donc, vous qui pleurez aujourd’hui. Heureux êtes-vous si vous empruntez ce chemin avec Jésus, si vous vivez selon la Parole et l’Esprit des béatitudes.

AMEN